Site d'olivier
GENERALITES sur les Tables MN90
Les tables de plongées sont conçues pour être utilisées au niveau de la mer et à saturation à ce niveau. Toute autre utilisation demande d’effectuer des corrections. C’est l’objet de ce cours qui permettra d’une part l’utilisation simple, d’autre part le calcul des corrections à effectuer.
Définitions

L’utilisation des tables implique la connaissance de certains termes qui doivent êtres sans ambiguïtés.

  • Heure de départ : moment où le plongeur quitte la surface pour s’immerger.
  • Durée de la plongée : temps compris entre le moment où le plongeur s’immerge et celui où il entame sa remontée jusqu’à la surface.
  • Profondeur : profondeur maximale atteinte au cours de la plongée.
  • Remontée : temps consacré pour remonter verticalement sans arrêt et à la vitesse de 15 m/mn, d’un niveau d’immersion au palier (ou surface),.
  • Palier : séjour dont la durée et le niveau sont définis par la table de plongée en fonction d’un thème de plongée.
  • Durée totale de la remontée : temps depuis le départ du fond jusqu’à l’arrivée en surface (c’est la durée de la remontée + celle des paliers).
  • Heure de sortie : moment ou le plongeur fait surface. C'est l’opposé de l’heure de départ.
  • Temps surface-surface : temps compris entre l’heure de départ et l’heure de sortie.
  • Groupe de successives (groupe de sortie) : Lettre donnée dans la table permettant de calculer l’azote résiduel dans le tissu T 120 mn au moment de l’heure de départ de la deuxième plongée.
  • Intervalle : temps compris entre l’heure de sortie de la première plongée et l’heure de départ de la deuxième plongée (ne pas confondre avec le temps surface-surface)
  • Plongée successive : plongée dont l’intervalle qui la sépare de la précédente est compris entre 15 mn et 8h.
  • Plongée consécutive : plongée dont l’intervalle de qui la sépare de la précédente est inférieur à 15 mn.
  • Majoration : traduit l’azote résiduel en une durée à une profondeur considérée. C’est à dire, pour une profondeur déterminée, la majoration s’exprime par le temps qu’il aurait fallu passer à cette profondeur pour atteindre (dans le tissu T 120 mn) la tension d’azote résiduel indiqué par la table.
  • Durée fictive : somme de la durée de la plongée et de la majoration dans le cas d’une plongée successive.
Description de la table de plongée : (MN90)
La table de plongée, est en fait composée d’une table de plongée simple et d’une table de plongées successives elle même composée d’un tableau de détermination de l’azote résiduel et d’un tableau de détermination de la majoration.

Table de plongée simple :

Elle comporte cinq colonnes qui, lues de gauche à droite, indiquent : les profondeurs, les durées de plongées, les durées de paliers, les durées totales de remontées, les groupes de sortie

Table de plongées successives :

- Tableau de détermination l’azote résiduel : Tableau permettant de déterminer l’azote résiduel en fonction du groupe de sortie et de l’intervalle entre deux plongées.

- Tableau de détermination de la majoration : Tableau permettant de déterminer la majoration en fonction de la profondeur de la plongée successive et de l’azote résiduel.

UTILISATION :

Table de plongée simple :

Cette table est un recueil de thèmes de plongée pour chacun desquels les conditions de remontées ont été calculées. On constate que ces thèmes ne sont pas décrits mètre par mètre et minute par minute.

Il en résulte que si nos paramètres de plongée ne coïncident pas exactement avec ceux indiqués dans la table, il faut les arrondir aux valeurs immédiatement supérieures portées sur la table

EXEMPLE :

soit une plongée de 27 mn à 26 m. Ces valeurs ne sont pas portées sur la table

Il faut prendre sur la table les valeurs immédiatement supérieures soit : 30 mn à 28 m.

REGLE d’utilisation de la table de plongée simple (en cas de non-concordance des valeurs) MAJORATION de la profondeur et de la durée aux valeurs immédiatement supérieures.

Cette règle de majoration est en fait une sécurité, il suffit de lire les écarts de paliers. Si dans l’exemple précédent on avait pris 25 mn à 25 m ; 1 mn à 3 m au lieu de 6 ! soit un risque énorme d’accident. Il ne faut jamais déroger à cette règle, et ne jamais faire d’interpolation soit même.

Table de plongées successives

Lorsqu’un plongeur effectue une plongée, la table "normale" lui permet de remonter en surface sans accident, mais avec cependant une tension de N2 dans les tissus supérieure à la tension de N2 correspondant à l’état de saturation en surface. Le plongeur remonte donc en état de sursaturation.

S’il effectue une nouvelle plongée avant 8 h d’intervalle, il faut en tenir compte en calculant une majoration qui permettra d’utiliser de nouveau la table "normale".

- Tableau de détermination de l’azote résiduel

Après la première plongée, on est en possession de l’heure de sortie et du groupe de sortie. Ces paramètres vont nous permettre de calculer l’intervalle et l’azote résiduel.

Il faut connaître (à quelques minutes près) l’heure de départ de la deuxième plongée afin de calculer l’intervalle. On peut lire (sur le tableau) en abscisse plusieurs valeurs d’intervalles (de 15 mn à 8 h) et en ordonnée les groupes de sortie lus en 5ème colonne de la table de plongée simple.
L’intersection de l’intervalle et du groupe de sortie (de la première plongée) donne la valeur de l’azote résiduel.

Néanmoins, il est peu probable que l’intervalle entre les 2 plongées corresponde exactement avec une des valeurs inscrites, il faut donc en choisir une ! Nous avons vu que l’azote résiduel représente la tension de N2 présente dans l’organisme au moment de l’immersion et que cette valeur tend à revenirà la normale avec le temps. Par conséquent, un intervalle de 6 h par exemple est plus défavorable qu’un de 8 h. Il faut donc prendre la valeur immédiatement inférieure lue si votre intervalle n’y est pas inscrit.

Reprenons l’exemple de tout à l’heure :

Nous avions 27 mn à 26 m ; nous prenons sur la table 30 mn à 28 m soit 6 mn de palier à 3 m et 8 mn de remontée au total. Le groupe de sortie est : H.

Pour une heure de départ égale à 8h, l’heure de sortie est : 8 h + 27' + 8' = 8 h 35'

Pour une heure de départ de la deuxième plongée égale à 15 h, on a un intervalle de 6 h 25' ce qui nous donne le choix entre 6 h et 8 h ;
Pour se placer en sécurité il faut prendre 6 h soit un azote résiduel égal à 0,85.(Avec 8 h, on aurait obtenu 0,82 soit une saturation moindre et un risque certain d’accident).

- Tableau de détermination de la majoration

Le travail n’est pas encore fini, il faut encore déterminer la majoration qui permettra de calculer la durée fictive utilisée pour entrer dans la table simple.

Il vous faut connaître la profondeur max. prévue pour la deuxième plongée.

On peut lire (sur le tableau) en abscisse la profondeur max. de la 2ème plongée et en ordonnée l’azote résiduel. Une fois encore, nos valeurs ont peu de chance de tomber pile sur les valeurs de la table , il va donc encore falloir choisir judicieusement dans ce qui nous est proposé.

  • Entre 2 valeurs d’azote résiduel, il faut prendre la valeur immédiatement supérieure sinon cela équivaudrait à augmenter l’intervalle.
  • Entre 2 profondeurs, il faut prendre la valeur immédiatement supérieure (contrairement à l’utilisation des tables GERS 65 précédemment utilisées). Cette règle bien qu'apparemment illogique, est dûe au calcul qui prend en compte 12 tissus au lieu de 6 pour les GERS 65.

Continuons l’exemple de tout à l’heure :

Prenons une 2ème plongée de 21 mn à 29 m, nous avons le choix entre 28 et 30 m il faut prendre 30 m. Nous avons le choix entre 0,84 et 0,86 il faut prendre 0,86. Ce qui nous donne une majoration de 4 mn. (Avec 30 m et 0,84 nous aurions eu une majoration de 3 mn soit un risque certain d’accident)

Nous obtenons une durée fictive de : 21 mn + 4 mn = 25 mn ; Valeur avec laquelle on entre dans la table simple. Soit 25 mn et 29 m

La lecture de la table donne 25 mn à 30 m soit 4 mn de palier à 3m et 6 mn de remontée au total.

D’ou une heure de sortie égale à : 15h + 21 mn + 6 mn = 15h 27 groupe de sortie H.

Pour une bonne compréhension reportons ces valeurs sur le schéma suivant.

Paliers interrompus
Si, en cas de panne d’air ou pour toute cause, hormis la remontée en catastrophe, le plongeur interrompt ses paliers, il doit redescendre et recommencer le ou les paliers entièrement au niveau interrompu.

 

Menu déroulant en CSS